Blog

 

En symbiose avec l’animal et la mère nature, l’homme-artisan fabrique depuis des millénaires un produit noble : le fromage. Fier de sa création et comme pour rendre un hommage, celui lui prêtera des noms élégants, poétique et évocateurs. Clacbictou, crottin, vieux puant, trou du cru... Enquête.

Il y a plus de 1300 fromages en France, donc on va pas tous les faire mais globalement, on peut comprendre les noms des fromages avec 5 thématiques: les éponymes, les figuratifs, les historiques, les patois et les dégueus.

Les éponymes

La majorité des fromages ont un nom en lien avec leur lieu de fabrication originel, ça c’est facile.
En voici quelques-uns : le Valençay vient du village de Valençay, le Cantal vient du département auvergnat Cantal, le Comté vient de la région Franche-Comté, vous avez compris… En bonus je vous ajoute une montagne : le Mont d’Or du Mont d’Or et un combo : l’Ossau-Iraty qui peut être produit dans la vallée d’Ossau et dans la région de la forêt d’Iraty.

Les figuratifs

Certains noms de fromages font référence aux à leurs formes : la bûchette du Bois-Rond (en forme de bûchette), le pavé d’Auge (en forme de …je sais t’as compris!), le carré de l’Est, la boule de Lille (aussi appelé la Mimolette), la brique du Forez, ok j’arrête.

Les fromages historiques

En voici quelques-uns :

Le roquefort

Au 5ème après Jay-C, il ne faisait pas bon vivre en Aveyron ni nulle part, les barbares avaient pour fâcheuse habitude de brûler, voler et violer. Un petit village d’irréductibles bergers aveyronnais décide de résister encore et toujours aux envahisseurs en fortifiant leur village. Il prendra le nom latin de « Roca Forta » (la forteresse), puis Roquefort(-sur-Soulzon). Son fromage de prédilection héritera du même nom.

 

Le munster

Au 7ème siècle, des moines bénédictins italiens débarquent dans la vallée de Fecht et construisent un monastère en l’honneur de Grégoire, saint Grégoire. Le coin s’appellera d’abord le «Val Saint Grégoire » puis la «Vallée de Munster », du latin « monasterium ». Les moines fabriquaient un fromage à croûte lavée au monastère et il écopa lui aussi du même nom.
 

La cervelle de canut

C’est pas de la cervelle, c’est une spécialité lyonnaise : du fromage blanc battu avec des herbes genre ciboulette. Ce fromage n’était pas cher à produire et riche en protéines, un plat pour les pauvres en somme. Et les pauvres au 19ème à Lyon, c’était les canuts, les fameux ouvriers des soieries. La cervelle, ça fait référence à la tronche du fromage.

Les patois

Le Reblochon

Ce mot vient du patois savoyard « Re-blocher » qui veut dire : pincer à nouveau,  traire une seconde fois. Car à la belle époque, les fermiers étaient taxés sur leur production. Donc ils trayaient une première fois sous les yeux de l’inspecteur et une deuxième fois en cachette, pour faire du reblochon !
 

Le Chabichou du Poitou, Chavignol et comparses

Ce nom vient de l’arabe « chebli » qui signifie « petite chèvre ». Au 8ème siècle, les Maures en conquête ont débarqué dans l’actuel Poitou-Charentes et Limousin. Certains se sont installés et ont commencé à fabriquer du fromage de chèvre et transmettre leurs techniques aux locaux. C’est pour ça !

Le Pélardon
Vient de l’occitan « Pebre » qui veut dire « poivre » car le pélardon est un petit fromage rond et plat qu'on fait dans les Cévennes, qui a un goût piquant et poivré.

Les dégueus!

Le vieux puant (ou vieux Lille , ou gris de Lille)
Vous connaissez le Maroilles hein ? Bah vous l’attrapez par la croûte, trempez-le dans l’eau salée pendant 3 mois, et ça fera un Vieux Lille bien puant.
 

Le cacouyard

Ce nom est issu du patois franc-comtois "cacouyer" qui voulait dire "remuer, mélanger, brasser le fromage".


Le trou du cru
Même si l’odeur du fromage prête à confusion, c’est pas c’que vous croyez…
Le trou du cru provient de la fabrication de l’Époisses. Puisqu’on avait du mal à l’affiner à cœur, on prélevait le centre de l’Époisses lorsqu’il était encore cru c’est-à-dire non affiné.
On faisait un trou dans le cru, voilà.

Le crottin de chavignol

Le Crottin de chavignol tirerait son nom du terme berrichon “crot” qui désigne les lieux au bord des rivières où les femmes lavaient leur linge. La terre argileuse qui bordait ces “crots” était utilisée par les paysans qui en firent d’abord des lampes à huile puis des moules à fromages pour l’égouttage du caillé. “Crot” aurait donné naissance à “Crottin”, le contenant donnant son nom au contenu.


Y’a d’autres noms de fromage qui sont vraiment gratos, parce que ça fait marrer les gens et donc ça fait vendre : le téton de Saint-Agathe, le bouton de culotte, la boule des moines…


Articles similaires